top of page

Rentrée littéraire JIMSAAN

Les Éditions Jimsaan ont le plaisir de vous inviter à leur rentrée littéraire qui se tiendra du 8 au 11 mai 2024 à Dakar dans les locaux de Jimsaan, ainsi qu’à la librairie l’Harmattan. Le public est invité à découvrir leurs dernières publications et à une immersion dans l’univers de leur maison d’édition.


Les sorties

Mercredi 8 Mai 2024



Issa Damaan Sarr dans ce geste poétique rend hommage à ces humbles et courageux hommes et femmes des îles du Saloum qu’il nomme le “Peuple de l’eau”. Dans une langue précise et lumineuse, il révèle la texture de leur sensibilité au monde, leurs chemins anciens et nouveaux à travers sables du Sahara et embruns de l’Atlantique. Le verbe poétique de Damaan rend à ces élans de vie, dans l’espace du langage, leur incandescence et leur mystère.




L'auteur

ISSA DAMAAN SARR

Damaan est poète, chercheur, traducteur et oraliste. Diplomé en Etudes Anglophones à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, il est spécialisé en Etudes Africaines et Oralité. Il est présentement doctorant à l’ED-ARCIV à l’Université Cheikh Anta Diop. Il est co-fondateurde Firi, une plateforme dédiée à l’Oralité, à la Traduction et à la Diffusion des savoirs.



Jeudi 9 Mai 2024


Un homme intrigué par l’essoufflement de sa relation amoureuse ; une amie disparue qui libère son ancien amant de l’attente ; une femme écartelée entre les élans du cœur et la raison familiale ; un musicien décédé brutalement dont l’absence ravive chez ceux qui l’ont chéri sa présence en eux ; un sage pensant l’amour comme la « forge d’oubli du réel ». Dans cette quête impossible de l’amour absolu, les compositions musicales de Toumani Diabaté, Wasis Diop ou Cheikh Lô accompagnent les personnages de ce recueil de nouvelles – Fodé, Teibashin, Aby, et les autres. Alors que le manque et la passion rongent les hommes, mais aussi les animent, Le bouddhisme est né à Colobane est un appel à « participer du mouvement, y consentir, se laisser traverser et métamorphoser ». De Dakar à Abidjan, de Nantes à Kaolack Ndangane, Felwine Sarr compose une partition singulière et vive, une ballade à l’intérieur des âmes. Dans une langue limpide, il intime aux êtres de se couler dans les rythmes de leur existence pour faire face à l’urgence de vivre et d’aimer. «La baisse d’énergie émanant de l’un des amants contamine l’autre et épuise son élan. Leur amour, jadis vin d’une cuvée exquise, était devenu un alambic distillant un alcool affadi, semblable à des bassins- versants qui ne communiquaient plus, une énergie en vase clos qui dégénérait. »


L'auteur

FELWINE SARR

Né en 1972 au Sénégal, Felwine Sarr est écrivain et universitaire. Il enseigne les humanités à l’université de Duke en Caroline du Nord. Il a publié Dahij (Gallimard, 2009), 105 rue Carnot (Mémoire d’encrier, 2011), Méditations africaines (Mémoire d’encrier, 2012), Afrotopia (Philippe Rey, 2016), Habiter le monde (Mémoire d’encrier, 2017), ainsi que La saveur des derniers mètres (Philippe Rey, 2021) et Les lieux qu’habitent mes rêves (Gallimard, 2022).


Jeudi 9 Mai 2024


Arturo Escobar s'intéresse à la politique du possible et à la façon dont les conceptions de ce qui est réel et réalisable empêchent l'émergence de visions radicalement alternatives de l'avenir. S'inspirant de la pratique et de la philosophie des intellectuels militants indigènes et afro-descendants, ainsi que des débats théorico-politiques actuels en Amérique latine, Arturo Escobar fait la chronique des mouvements sociaux qui se mobilisent pour défendre leurs territoires contre les opérations d'extraction à grande échelle dans la région. Il montre comment ces derniers s'engagent dans une politique ontologique visant à faire émerger le plurivers - un monde composé de plusieurs mondes - chacun ayant son propre fondement ontologique et épistémique. Selon Escobar, une telle politique est essentielle pour faire advenir différents futurs possibles qui pourraient entraîner les transformations sociales nécessaires pour faire face aux crises planétaires. À la fois appel à l 'action et provocation théorique, «Un autre possible est possible», en proposant l'existence d’une p l u r al i t é d e m o n d e s q u i coexistent, est un guide pour naviguer les défis globaux contemporains et offre des pistes d'actions personnelles et collectives.


L'auteur

ARTURO ESCOBAR

Arturo Escobar est un anthropologue colombien de renom, professeur émérite à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Ses recherches, centrées sur l'environnement, la biodiversité et les droits des communautés autochtones, le positionnent comme une figure de proue dans la réflexion sur l’émergence de nouveaux rapports aux monde(s). Il a notamment publié Encountering Development en 1995 et Sentir-Penser avec la Terre en 2018.



Jeudi 9 Mai 2024


Dans cet essai, Sortir de terre. Une philosophie du végétal, Seloua Luste Boulbina propose une réflexion originale sur la place de l’igname au cœur de la culture kanak, et navigue de l’Océanie à la Caraïbe, en passant par l’Afrique et l’Europe. Des mondes éloignés qu’elle rapproche dans un subtil tissage de textes et d’œuvres d’art, qui lui permettent d’interroger la place symbolique, pol itique, esthétique du végétal au sein de nos différentes cultures. Et l’on se surprend, à se demander avec elle, si nous ne sommes pas issus« sans le savoir, d’une civilisation du végétal ». « Penser ressemble souvent plus, pour moi, à coudre qu’à couper. Il ne me semble donc pas que l’attention aux radicelles, aux repousses, à la germination des tubercules Solanum tuberosum soit si éloignée qu’on pourrait le croire de la culture océanienne des ignames et des taros, ainsi que de ses artistes. »


L'autrice

SELOUA LUSTE BOULBINA

Philosophe, ancienne directrice de programme au Collège International de philosophie, Seloua Luste Boulbina est chercheuse associée à l'Université Paris Cité. Théoricienne de la décolonisation, elle travaille sur les questions coloniales et postcoloniales dans leurs dimensions politiques, intellectuelles, épistémologiques, culturelles et artistiques.



Vendredi 10 Mai 2024


Ce pays mérite qu’on le relève, qu’on se lève avec lui pour vous dire assez ! C’est une question de dignité. Pas la mienne, encore moins la vôtre, mais celle de ce bout de terre africaine qui a trop longtemps souffert de l’absence, comme si elle n’avait aucun autre destin. Aujourd’hui, il est temps de vous dire sans détour, que vous trahissez ce pays et le pacte qui vous lie, au nom d’un égoïsme et d’une prétention qui n’auront jamais de nom. À vous voir sucer les sang de vos concitoyens comme un vampire assoiffé, à vous regarder les diriger comme s’il s’agissait d’une cour et vous, un roitelet capricieux et narcissique, je me dois, Monsieur le Président, de me dresser sur votre chemin malgré ma petitesse, malgré l’insignifiante portée de ma parole. C’est au nom de notre futur commun que je le fais. Et méfiez-vous Monsieur le Président, une frêle petite hirondelle qui chante le désespoir de son peuple peut faire trembler les fondements d’un royaume que vous avez le tort de croire éternel.


L'auteur

EL HADJI MALICK NDIAYE

Né en Casamance, Asmalick Ndiaye vit aux États-Unis. Il enseigne dans les programmes de LANGUES MODERNES ET D’ÉTUDES AFRICAINES à l’université de Seattle. Poète et essayiste, il est l’auteur d’Altercultures, Temps Divers et Un nègre à Tanger.



Vendredi 10 Mai 2024


Dans la nuit du 25 septembre 2002, Le Joola, qui assurait la liaison entre le sud du Sénégal et Dakar, sombre dans les eaux de l’Atlantique. Conçu pour cinq cent cinquante passagers, il en transportait quatre fois plus dans d’épouvantables conditions, faisant de cette tragédie le naufrage le plus meurtrier de l’histoire. Le lendemain matin , Njéeme Pay, célè bre journaliste politique d’une radio privée sénégalaise, reçoit une terrible nouvelle : parmi les victimes, on a recensé son amie d’enfance, Kinne Gaajo. Njéeme Pay s’improvise alors biographe pour tenter de comprendre celle qui fut sa « plus-que-soeur ». Écrivaine de génie, Kinne était aussi prostituée professionnelle, autant pour fuir la misère que par goût du scandale. Du taudis de Thiaroye où elle recevait ses clients, aux routes du monde, entre Mexico et Johannesburg où elle participait à des débats quelque peu délirants sur la création poétique, Kinne Gaajo prend vie sous la plume émerveillée et tendrement ironique de Njéeme Pay. Le grand écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop nous emporte dans les méandres de son pays qu’il connaît si bien, à travers les villages qui tentent de survivre à la modernité, mais aussi au coeur des villes où le monde des médias et celui de la politique rivalisent de cynisme pour asseoir leur pouvoir… Il nous offre surtout la figure inoubliable de Kinne Gaajo, si sauvagement libre qu’après sa disparition tout irradie encore de sa présence.


L'auteur

BOUBACAR BORIS DIOP

Parmi ses romans, Boubacar Boris Diop a publié en 2000 Murambi, le livre des ossements, sur le génocide des Tutsi, salué par Toni Morrison comme un « miracle ». Lauréat en octobre 2022 du prix international de littérature Neustadt, il a également reçu en avril 2019 le prix Harold et Ethel L. Stellfox pour l’ensemble de son oeuvre. Boubacar Boris Diop conduit une réflexion sans concession sur les problèmes du continent africain et sur les grandes questions de notre époque, à travers ses essais L’Afrique au-delà du miroir, Négrophobie (avec Odile Tobner et François-Xavier Verschave) ou La gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique, fruit de ses échanges amicaux avec Aminata Dramane Traoré. Fondateur de defuwaxu.com, unique quotidien wolof en ligne du Sénégal, et de EJO, maison d’édition dakaroise en langues nationales, son premier roman en wolof, Doomi Golo, a été traduit en français (Les petits de la guenon), en anglais et en espagnol. Depuis cette date, toute son oeuvre de fiction est écrite en wolof.



Samedi 11 Mai 2024


Cette si longue quête esquisse, à travers le fulgurant destin d’Omar Blondin Diop, le portrait d’une époque où l’impossible paraissait à portée de main. Omar Blondin Diop, jeune philosophe sénégalais établi à Paris depuis une décennie, participe activement à la fièvre contestataire de Mai 1968 qui déferle sur la France gaulliste. Son engagement politique lui vaut de se faire expulser vers le Sénégal. Déterminé dans sa quête de liberté, Omar Blondin Diop retrouve son pays où il fréquente la gauche révolutionnaire opposée au président Léopold Sédar Senghor.


Son destin bascule avec l’arrestation de deux de ses frères dans l’affaire de l’attaque déjouée sur le cortège du président français Georges Pompidou en 1971. Arrivé à la conclusion que seules les armes pourront les libérer, il part alors se former dans un camp de fédayins palestiniens en Syrie, rencontre les Black Panthers exilés en Algérie et se replie au Mali, où la junte militaire finit par l’arrêter pour le remettre au pouvoir sénégalais. En Mai 1973, Omar Blondin Diop, incarcéré depuis plus d’un an, succombe aux coups de ses geôliers à la prison de Gorée ; une mort présentée par l’État sénégalais comme un suicide par pendaison qui enflamme aussitôt la rue dakaroise et dont la mémoire ressurgit dans le Sénégal d’aujourd’hui.


L'auteur

FLORIAN BOBIN

Florian Bobin est né à Bruges (France) en 1999 et vit à Dakar. Il est étudiant-chercheur en histoire à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. Ses recherches portent sur les luttes de libération et la violence d’État au Sénégal.




Comments


bottom of page