top of page

ASAA 2023 : appel à propositions - rapatrier l'Afrique : anciens défis et perspectives critiques!


Célébration du 10e anniversaire

5e Conférence biennale de l'Association des Études Africaines d'Afrique (ASAA)


en partenariat avec l'Université Nouveaux Horizons (UNH) et le Centre Arrupe pour la Recherche et la Formation (CARF) Lubumbashi, RDC 25-28 Octobre, 2023 La 5e conférence biennale de l'Association des études africaines d'Afrique(#ASAA2023) aura lieu à Lubumbashi, en République démocratique du Congo. Elle commémorera les 10 ans depuis le lancement de l'association le 25 octobre 2013 lors de la Conférence internationale sur les études africaines organisée par l'Institut des études africaines de l'Université du Ghana (du 24 au 26 octobre 2013). Pour la première fois dans l'histoire de l'ASAA, la conférence biennale se tiendra dans un pays francophone, la République démocratique du Congo, dans le cadre de la stratégie de l'association visant à étendre ses travaux à différentes régions du continent et de sa diaspora, ainsi qu'à renforcer stratégiquement les institutions de savoir dans le but de centrer le panafricanisme en tant que cadre intellectuel pour l'enquête critique.

Le thème de la conference de cette année est : “Rapatrier l'Afrique : Anciens Défis et Perspectives Critiques.” La rencontre de l'Afrique avec d'autres parties du monde est marquée par des histoires contestées. L'esclavage, les échanges transocéaniques et transsahariens, la colonisation, ainsi que l'emprisonnement actuel du continent dans des systèmes mondiaux d'accumulation continuent de susciter la critique parmi les chercheurs, notamment en ce qui concerne la perte, l'exploitation et l'extraversion. L'esclavage, les échanges d'esclaves et la colonisation continuent d'être mis en avant, non seulement en tant que crimes odieux contre l'humanité, mais aussi en raison de leur impact continu sur les connaissances africaines et le patrimoine culturel. Les carrefours mondiaux avec l'Afrique se poursuivent et ont toujours été accompagnés de pillages, de destructions et d'anéantissement culturel.

Récemment, la résurgence de la question ancienne et récurrente de la rapatriement a repris une place centrale en tant qu'étape cruciale pour désolidariser et restaurer la dignité africaine. Cette nouvelle poussée pour le rapatriement est provoquée par l'activation du mouvement de décolonisation à travers l'Afrique et sa diaspora, notamment dans les sphères économiques, financières, culturelles et du savoir. Les appels croissants à décentrer les orthodoxies coloniales et à centrer l'Afrique ont donné un nouvel élan à la nouvelle quête des héritages culturels africains, des connaissances, des traditions et de ce que certains perçoivent comme une quête d'authenticité. Alors que les objets d'art et les archives, en particulier, entament leur retour, il est nécessaire d'engager des conversations plus approfondies sur les processus de perte culturelle, de retour spirituel et de restauration.

Soixante ans après la fondation de l'Organisation de l'Unité africaine (actuellement l'Union africaine), quel est l'état du projet panafricaniste visant à restaurer et restituer l'afritude ? Comment l'Afrique devrait-elle aborder la question du rapatriement ? Quels sont les nouveaux défis, les perspectives critiques et les stratégies radicales que le continent devrait déployer pour restituer le patrimoine perdu ? Quelles nouvelles questions émergent lorsque les héritages pillés entament leur voyage « vers la maison » ? Quelle est la place/le rôle de la recherche, du patrimoine culturel, des archives, des connaissances et de la production de connaissances dans le projet de restauration de la dignité africaine ?

La conférence prolongera les réflexions anciennes sur la restitution du patrimoine culturel africain, initiées par les Africains à la suite de l'indépendance, selon quatre axes, chacun soulevant une multitude de questions brûlantes. Les participants sont invités à proposer des contributions basées sur ces quatre axes : la restitution, la réparation, la restauration et le rapatriement, qui ne se limitent pas seulement à l'aspect tangible, mais placent également de manière critique l'aspect immatériel au cœur des débats sur la restitution. Cette dernière focalisation devrait, par exemple, aborder de manière provocatrice des thèmes tels que le rapatriement des savoirs, de la spiritualité, des histoires, des archives, des concepts, des théories, des méthodologies, des langues et d'autres idées souvent considérées comme extérieures.

De plus, le Congrès International des Études Africaines et de la Diaspora Africaine (ICAADS) se tiendra en tant qu'événement préliminaire à la conférence le 24 octobre. Le premier Congrès ICAADS a été organisé en 1962 par le président Kwame Nkrumah au Ghana. Quatre autres réunions de l'ICAADS ont eu lieu, en 1967 à Dakar sous le patronage du président Léopold Sédar Senghor, en 1973 à Addis-Abeba sous le patronage de l'empereur Haïlé Sélassié, en 1978 à Kinshasa sous l'autorité du président Mobutu Sese Seko. Depuis la dernière session qui a eu lieu en 1985 à Ibadan, l'ICAADS est resté inactif. La renaissance de l'ICAADS abordera et ravivera l'élan extraordinaire de transformation des études africaines à l'échelle mondiale et aura des implications politiques, exhortant les dirigeants africains à tenir compte des problématiques contemporaines les plus urgentes qui affectent les communautés noires dans le monde entier. Celles-ci incluent la dette environnementale de l'Occident envers l'Afrique, le néo-colonialisme et la résurgence des coups d'État militaires, le panafricanisme, la citoyenneté africaine, le statut et le traitement des migrants africains à l'intérieur et à l'extérieur du continent, les attitudes de l'Union africaine à l'égard des dictatures, sa position sur la politique internationale (par exemple, la pandémie de Covid-19, etc.), le genre et la sexualité, l'état des études africaines et de ses diasporas, etc.

Soumettez des propositions de panel, de communication et d'autres présentations culturelles dans les domaines thématiques suivants :

Axe de restitution

  1. Réappropriation des œuvres d'art africaines

  2. Revisiter les fondements de la culture

  3. Souveraineté et héritage (justice historique, épistemologique, et transgénérationnelle)

  4. l'Afrique et les Musées

  5. Re-fondation des identités africaines et de la société aujourd'hui (Nouvelle personnalité africaine)

  6. Integration, Humanisme et Modernité

  7. Restitution des connaissances

Axe de réparation

  1. Réparation définie ou indéfinie.

  2. Dimensions morales, éthiques et spirituelles de la réparation.

  3. Aspects socio-économiques et réparation.

  4. Présuppositions philosophiques et assujettissement des gouvernements africains.

  5. Militaire et réparation.

  6. Réparation, science et technologie.

  7. Connaissances et idéologies

Axe de restauration

  1. Quelles valeurs tangibles et intangibles nécessitent une restauration ?`

  2. De la restauration à la révolution.

  3. Restauration des savoirs.

  4. Formes culturelles et pratiques.

  5. Politique et formations étatiques.

  6. Identités et personne.

Axe de rapatriement

  1. Rapatriement des sites de recherche, des priorités intellectuelles et des postures heuristiques.

  2. Tradition africaine, engagements "pluriels" et technologie moderne.

  3. Engagement conscient et décisif comme perturbation.

  4. Culture humus africaine et un nouveau monde.

  5. Rapatriement des connaissances.

Les Résumés : Les résumés (communications, panels, tables rondes et présentations culturelles) doivent comporter au moins 200 à 250 mots, avec l'affiliation des auteurs, leur biographie et leurs coordonnées. Les organisateurs encouragent les auteurs à préciser à quel axe ils alignent leur résumé et, le cas échéant, à constituer des panels de 4 présentations. 1. Soumettez votre proposition en anglais ici. 2. Soumettez votre proposition en français ici. Date limite pour les résumés : 31 may 2023 (prolongée) Réponses aux résumés : 31 mai 2023 Pour toutes les questions, envoyez un e-mail à: conference@as-aa.org Click on the link to access theCliquez sur le lien pour accéder à l'Appel en français Téléchargez la version PDF de l'Appel en anglais et français.

Kommentare


bottom of page